Evenements » Stages » Mainz

C’est par une froide après-midi de mars 2006, que nos trois  samouraïs partirent pour Mainz, répondan t, ainsi, à l’invitation de Frank Jaehne, grand amateur de naginata des contrés froides de Germanie.

Bravant les autoroutes belges, hollandaises et allemandes pour enfin atteindre la capitale de la Rhénanie-Palatinat, pour nous rendre compte que l’endroit était bien plus grand et étrange que prévu...

 

Le plus âgé des samouraï, moi (David), commença à sérieusement se poser des questions sur l’endroit où il se trouvait, et les délires de ses deux acolytes ne l’aidèrent pas à garder son sang froid. Il finit part entré chez un apothicaire pour demander son chemin, se disant que celui –ci serait plus en mesure de lui indiquer la direction de l’université que le marchant de durum juste en face (choix que l’estomac toujours dilaté de nos deux autres samouraïs aurait sûrement privilégié).

Heureusement la chance fut de notre côté et nous trouvâmes le campus sans trop de problème, celui-ci étant à peu près aussi grand que la moitié de la ville, il fallut donc encore prendre des renseignements plus loin. Heureusement ce fut vite fait, et nous arrivâmes rapidement au dojo de notre hôte, qui en fin de compte fut surpris de nous recevoir si tôt.

Bref, pas de quoi fouetter un chat, et ça ne fit qu’ajouter à l’hilarité de Jonath et Frans devant le stressé congénital que je suis. Qu’à cela ne tienne, il faut de tout pour faire un monde !


Etant en avance Frank nous proposa de boire un verre, tout de suite, nos trois esprits fusionnèrent en une image rafraîchissante de verre au pied d’un bar bien sympa, et la salive commença de s’accumuler dans nos bouches jusqu’à ce qu’on aperçoive le distributeur de boissons... Eh oui, c’est un campus universitaire, au milieu de la cambrousse...

Enfin après avoir siroté nos cocas et papoté avec Frank nous avons rejoint la salle d’entraînement, et, oh joie ! Avons constaté que les autres pratiquants avaient répondus présents à l’invitation. Bien que de petites tensions existent entre clubs, Andréas et ses élèves étaient bien là, car les allemands ont la sagesse de mettrent leurs rixes de côtés afin de pratiquer leur art martial favori quand un stage se présente... Malheureusement les italiens n’ont pas pu venir,... problèmes d’avion... j’avoue que j’étais déjà surpris d’apprendre que des italiens faisaient le déplacement...

Enfin après ce petit entraînement d’une heure et demi Frank tenta de nous emmener au resto mais là le sort s’acharna contre nous, le premier resto était fermé au deuxième la cuisine était fermée également... bref il ne restait plus que le café du coin pour nous faire un croque monsieur. Malheureusement il en eut fallut une dizaine comme celui-ci pour nourrir François, mais il dut s’en contenter... il se rattrapa sur les biscuits dans la voiture.

Frank nous emmena ensuite dans son petit dojo perso, pour un repos bien mérité, au milieu de ses coupes et de ses tengui. Cela ne manque pas d’originalité, dans une ancienne base aérienne de l’armée américaine, malheureusement il faut reconnaître que ni Jonathan, ni François ni moi ne sommes de vrai samouraï, et la nuit sur les tatamis se révéla plus difficile que prévue, ou était-ce à cause des ronflements de Frans ?

Bref le lendemain nous n’en menions pas large, et le petit déj fut indispensable pour nous remettre d’aplomb. L’entraînement fut orienté bogu, comme notre hôte nous l’avait demandé, se fut donc une journée bogu avec exercices en tout genre pour finir par des ji-geiko contre Jonath et François, au cours desquels j’essayai d’expliquer les opportunités d’attaques. Jonathan et François craignant que cela ne ressemble à une démonstration arrogante de leur supériorité en shiai, je fus assez clair à ce sujet et particulièrement intransigent quant à la validité des frappes.


Enfin, le soir, Frank, j’imagine qu’il culpabilisait du croque monsieur de la veille, nous emmena boire un excellent vin dans une taverne de l’endroit où outre les délices de Bacchus, Cupidon s’attaqua à François. Nous passâmes un excellent moment à déguster du vin accompagné de fromages et des incontournables bretzels, et avons fini la soirée autour de la fameuse pizza manquée la veille.

Après tout cela les tatamis nous semblèrent beaucoup plus confortables et nous partîmes dimanches le cœur léger en pensant à la prochaine visite.

Merci Frank et merci l’Allemagne pour ton hospitalité.


Les news

Aug 21, 2017
Stage National
Le 9 septembre nous organisons une journée de stage..
Aug 8, 2017
Les 1er cours sont toujours gratuits!
Pas besoin de payer pour découvrir le naginata!
Aug 8, 2017
Compte club
Le numéro de compte de fédération à changé!