Le Naginata » Histoire

Les origines de la naginata ne sont pas clair: S'agirait-il d'un outil de fermier modifié? D'un Guan Dao chinois modifié? Ou simplement de la création d'un samourai qui avait besoin d'une arme longue, utile sur les champs de bataille en rang serré?

(ci contre, un Guan Dao, arme monstrueusement lourde -juqu'à 40kg!- qui était l'arme fétiche du général chinois Kwan Yu)


Quoi qu'il en soit, les premières mentions du terme "naginata" datent de l'époque Heian (794-1185).

Par la suite, le naginata fut associé aux femmes de samourai car elles se devaient de protéger leur foyer lorsque leur époux étaient absants.

Cette arme sera très utilisée au XII et XIII, en particulier lors de la guerre de Genpei (180-1185).

Le Japon traversa en 1467 une période particulièrement chaotique connue plus tard sous le nom de "Sengoku Jidai" ("les provinces combattantes"). Les domaines féodaux étaient parfois presque entièrement dépouillés de tout les hommes en bonne santé, qui étaient enrôlé dans l'armée, mort ou fait mercenaire.

Les femmes devinrent le derniers remparent entre leur foyer et pillards, voir même des armées. L'image de la femme guerrière date de cette époque.

Il faut tout de même préciser qu'à cette époque, l'arme de prédilection des femmes n'était pas la naginata mais le kaiken, qu'elles utilisaient pour se défendre au corps à corps ou pour se suicider, préservant leur honneur et celle de leur famille. (Les femmes ne commettaient pas de seppuku comme les hommes, mais le jigai, moins douloureux, plus rapide et..plus esthétique).

 

 

Dans le milieu du XVII ème siècle, le Japon, sous le régime du shogunat des Tokugawa, a connu une relative paix.

Sous l'influance du confusionisme, les rôles de l'homme et de la femme se rigidifia. Les femmes pratiquairent le naginata moins pour apprendre à se défendre que pour apprendre les vertues necessaires à être une bonne épouse de samourai: Au contraire de l'Europe, au Japon on attendait d'une bonne épouse d'être forte pour seconder son époux.

La naginata faisait souvent partie de la dot d'une jeune fille qui se devait "de savoir coudre, cuisiner et faire du naginata"

 

 

 

 

Avec la paix, de nombreuses écoles d'art martiaux évoluèrent, certaines se spécialisant dans la pratique féminine du naginata. (Voir article sur les écoles)

Au tout début de l'ère Meiji se développe les gekken Kogyo (des spectacles d'épées). Certains samourais sans ressources organisent des démonstrations et des défis entre eux ou avec quelqu'un faisant partie du publique.

Murakami Hideo, qui fut la 17ème directrice de la Toda-ha Buko-ryu, gagna sa vie grace à ces combats.

Ces combats deviennent vite très populaire et finirent par dégénérer: considéré comme une menace pour l'ordre publique, ils furent dissous quelques années plus tard.

(Serais-ce les précurseurs des championnats de sport au Japon?)

 

Lors de la 1ère moitiée du XXème siècle, les arts martiaux ont une grande importance dans l'éducation des garçons. Cette période étant marquée par de nombreux conflits militaire, les jeunes garçons sont considérés commes de futurs soldats.

Les femmes pourraient, aprioris ne pas être concernées, pourtant, dès la fin des année 1880, certains établissement proposent des cours de naginata aux filles et en 1944, ces cours sont rendu obligatoire.

En 1880, les cours de naginata ont pour but de former "des bonnes mères et des épouses avisées". Cette idéologie apparue au début de l'époque Meiji fait référence à l'évolution des vertues demandées aux femmes: celles-ci ont une position inférieur à celle des hommes et doivent avant tout s'occuper du foyers et des enfants.

"La volonté des femmes à s'abandonner toute entière pour le bien de leur mari, de leur foyer, de leur famille, ainsi que l'honneur qu'elles en tirent, était comparable au sacrifice des hommes pour leur maitre et leur pays " écrivit Nitobe Inazô (1862-1933), un diplomate et docteur en agronimie et en droit dans son livre "Bushidô: l'ame du Japon" en 1900)


En 1880, donc, il s'agit plus d'un cours de gym que d'un cours d'art martial.

En effet, si la formation des filles est considérée comme moins importante que celle des garçons, il faut néanmoins que les jeunes filles puissent donner naissance à des enfants en bonne santé, futur soldat de la nation. (De telle considération auront d'ailleurs aussi lieu en Europe)

Des cours tel que la couture et la cuisine leur seront ainsi aussi donné.

 

"Dans le " Rescrit impérial sur l'éducation", la vision de l'Empereur est claire: Les élèves doivent être tous empreints d'une piété filiale envers l'Empereur et lui être soumis. A partir de ce consensus national, une armée unie et forte à l'égal des pays européens doit être formée: c'est l'un des but de l'éducation des garçon. En ce qui concerne l'éducation des filles, ce sont les futures mère et épouses qu'il faut former." (Jean-Michhel LECLERCQ, Education et société au Japon, Paris, Edition Anthropos, 1985, p18)

 

C'est pour développer cet enseignement et le développement des arts martiaux que fut créé le "Dai Nihon Butokukai" en 1985.

Introduire les arts martiaux dans le système éducatif ne fut pourtant pas si simple: Lors de la restauration de Meiji, l'ensemble des arts martiaux était associé à une sociétée archaïque. En 1871, les arts martiaux ne font d'ailleurs plus partie des système éducatif. Le gouvernement souhaitant à cette époque s'occidentaliser.

Des études financée par le ministère de l'Education étudièrent les bienfaits et les dangers des arts martiaux et concluent que ceux-ci ne sont pas appopriés à l'éducation de la jeunesse.

C'est pour répondre à ces critiques que l'on créa le "Bujutsu Taisô" une sorte de gymnatique utilisant les armes principales des arts martiaux.

Ozawa Unosuke créa deux genre d'exercices qui utilisaient la naginata: le Naginata-yûgi ("jeux avec la naginata") et le Naginata-taisô ("gymnastique avec la naginata"). Il écrivit plusieurs livres à ce sujet (Kaisei naginata taisôhô en 1906, taiiku-ryû kenjutsu naginata jutsu en 1918).

Dans ces exercices, l'aspect martial est totalement effacé: les mouvements ne seraient pas efficaces sur un champ de bataille et la direction de la lames de la naginata n'a plus d'importance. Certains exercices se font en outre en musique. (Les racines des rythmiques?)

 

Les technique martiales en gymnastique ont été très fortement critiquées, mais elles apportèrent néanmoins de nombreuses innovations comme la pédagogie nécessaire pour enseigner à un groupe, les exercices pour débutants, et l'idée d'instaurer des techniques unifiée dans les arts martiaux,...

En effet, jusque là, des écoles d'art martiaux différentes étaient apprisent aux étudiants: dans tel ou tel écoles, les jeunes filles étudiaient le tendô ryû alors que dans d'autres, elles étudiaient le Jikishinkage ryû, ect...


Dans les années 1930, le ministère de l'éducation met en place une nouvelle vision des arts martiaux: Le terme "bujûtsu" (les techniques martial) est remplacé par "budô" (la voie martiale): le caractère spirituel est mis en avant.

Ainsi, par exemple, le kenjûtsu est renommé "kendô".

 

Mais les mouvement nationnalistes se précisent partout de le monde et le Japon en fait pas exception: le Japon met en place des cours d'éducation physique avec des sport propre à son pays.

La pratique du naginata à l'école augement, que ce soit en cours extrascolaire ou en cours optionnel.

On remarque néanmoins aussi que le naginata n'est pas encore codifié: 2 Ryû sont particulièrement étudié: le Tendô ryû et le Jikishinkage ryû.


En 1941, un nouvelle reforme de l'enseignement à lieu et les cours d'art martiaux, bien que simplifié doivent enseigner des valeurs martiales.

Les cours sont à présent donné aussi bien en primaire qu'en secondaire ou dans les écoles suppérieurs.

On peut lire dans le Kokumin gakkô tairenka budô: Naginata shidô benran ("cours d'arts martiaux de l'école nationale: Guide d'instruction à la pratique du naginata-dô"): "la formation à l'esprit des arts martiaux et l'instruction des vertues des femmes au foyer pourront être fusionnés en concordance".

 

L'unification des techniques de naginata n'est pourtant toujours pas faites.

Le Butokukai créé en 1940 un groupe de professeur de naginata et de kendô pour unifier les techniques de naginata et permettre son enseignement dans les écoles.

La forme et la taille de la naginata sont établies: l'arme mesurera à présent entre 1m65 et 1m80. Une taille réduite par rapport à de nombreuse écoles mais qui semble plus adaptée à la pratique des filles. Son poid est aussi alégé.

 

Mitamura Chiyo (Hanshi en Tendô ryû) s'opposa à l'application des ces nouvelles technique et des nouveau kata. Elle jugeait ceux-ci irrationel et voulait protéger les techniques et tradition de son Ryû.  En signe de désaccord, elle démissionna du Butokukai en mai 1941.


(ci contre, cours de Tendo-ryu sous la direction de Mitamura Chiyo)


Le Butokukai échoua dans sa mission, ne pouvant pas imposer cette nouvelle forme de naginata à l'ensemble des établissement scolaire.

 

Le statut des femmes changent: de "bonne épouse et mère avisée", elles deviennent "sujets de la nation" et doivent soutenir les hommes au front. On les encourage à faire partie d'association féminines, à apprendre à se défendre,...Elles ne sont néanmoins pas envoyées au fronts avec les hommes: c'est avant tout une mesure de protection et de prévention.

 

Le changement à aussi lieu en Europe mais il y a làbà toujours un débat concernant les dangers du sport sur les futures grossesses: les études en France et en Italie s'accordent pour dire que "la femme n'est point construite pour lutter mais pour procréer" (P. ARNAUD et T. TERRET "Histoire du sport féminin, tome 2: sport masculin- sport féminin: éducation et société, Paris, L'Harmattan, 2010, p. 62)

Or, le Japon souhaite plus que tout s'éloigner de la vision occidental.

Le bushidô est d'autant plus valorisé qu'il permet au Japon de se différencier des autres pays, particulièrement de l'occident et qu'il rappel aux japonais le temps des bushi.

Non seulement les arts martiaux rappel les valeurs des bushi telle que la fidélité envers l'empereur, mais elle fait référence à un passé glorieux et permet une certaine continuité historique.

 

Durant les dernières années de la guerre mondiale, le nagianta est particulièrement développé.

Puis-ce que le budokukai n'avait pas réussi son entreprise, c'est au tour du gouvernement d'unifier le naginata: On choisit Sakakida Yaeko pour créer un nouveau programme.

La grande nouveauté de son programme est l'appartition de kata où les deux partenaires pratiques le naginata. Auparavant, les kata où deux naginata s'affrontaient étaient plutôt rare: il s'agissait surtout d'une nagianta contre un tachi (or le sabre était une arme d'homme).

Sakakida Yaeko créé un naginata typiquement féminin, avec des techniques plus adaptées. Le corps de la pratiquante doit être en mouvement avec l'arme pour éviter des efforts musculaires et les techniques de contre attaques sont particulièrement valorisées.

Elle prévoit en outre un programme adapté pour chaque année scolaire.

Le kiai (cri) change pour citer à présent les partie du corps visé.

"Ce programme, sans vouloir réunir dans un style toutes les écoles ou rechercher à unifier mécaniquelement toute les écoles anciennes d'arts martiaux, est quelque chose de complètement indépendant de ces écoles et est plus adapté à l'enseignement scolaire. Pour l'unstruction du naginata, ce programme est absolument necessaire." (Sakuma Keizô, un des administrateur du ministère de l'éducation qui a participé à ce remaniment s'explique dans le magazine "Gakuto kyôiku" le 1er juin 1944)

Néanmoins, malgré les effort du gouvernement, cette adaptation du naginata restera elle aussi inachevée.

 

Or, un peu avant la fin de la guerre, il est urgent de donner à tous un entrainement plus martial; car à présent, même les femmes doivent combattre.

Un premier programme de cours de nagianta est mis en place le 1 avril 1943 et le 1 mars 1944, le programme de nagianta devient obligatoire dans tout le pays

De nouvelles lois déclarent en 1945 que les femmes japonaises sont des sujets impériaux et qu'elles peuvent être mobilisées pour servire au front.

On met en avant des exemples historiques de femmes combattant auprès de leur époux et le naginata est d'autant plus mis en avant qu'il était pratiqué par les femmes et les filles de samourai.

 

Après la capitualtion japonaise en septembre 1945, le Butokukai est dissous et les arts martiaux n'ont plus de place dans l'éducation. Il faudra attendre 1950 pour qu'ils soient progressivement réinsérés dans le système scolaire (tout connotation lié au budô étant effacé).

C'est ainsi que nait l'atarashii nagianta, fortement influancé par le programme de Sakakida.

 

Le naginat tel que l'on le pratique à présent, n'a plus grand chose de réaliste: Il s'agit de compétition, où le but est de marquer des points, ce qui rend pour les non pratiquants le combat un peu confus: il n'existe que 8 cibles et beaucoup de coups qui pourraient être mortel ou invalidants ne représentant pas de points.

Les participants ne réagissent ni ne bougent pas de manière naturelle, puis-ce que certaines attaques (pourtant normalement mortelles) ne donnent pas lieu aux votes des arbitres.

Les attaques sont devenues plus légères et l'accent est donc à présent mis sur la vitesse.

 

Certains sensei des anciennes écoles de naginata ont tenté d'enseigner leur techniques, mais on remarque que le nombre de pratiquant ne cesse de baisser, exception faite du Tendo-Ryu et du Jikishin kage-ryu.

Cela n'est pourtant pas toujours la faute des pratiquants car les maitres japonais restent très replié sur eux même ou ne semblent pas avoir conscience de la perte de savoir qui est en train d'arriver.


 

Sources: thèse de Chloé Bellec "Le naginata et l'éducation dans la première moitié du XXème siècle" et le texte d'Ellis Amdur "Women warriors of Japan".

Les news

Jul 17, 2017
Stages
Les stages de Tendo ryu et de naginata viennent de se finir...
Jul 17, 2017
François est 5ème Dan!
François nous revient du Japon avec son grade de 5ème dan
Jul 17, 2017
David est 6ème Dan!!!
David vient de réussir son examen de Renshi!